L’envie de voyager vous démange et vous êtes à deux doigts d’acheter votre billet sans retour ? Minute papillon ! Avant de cliquer, se renseigner sur le pays d’accueil est indispensable pour voyager sereinement.

Le premier article de ce dossier sur la préparation du voyage s’intéressait à “préparation mentale” du voyageur et de ses proches. Maintenant, entrons dans le vif du sujet.

Pourquoi préparer son arrivée ?

Le PVT (Programme ou Permis Vacance Travail), VVT (Visa Vacance Travail) ou le WHV (Working Holiday Visa) permet à de jeunes adultes de voyager et de travailler dans un pays donné. Il est valable une année complète et ne s’obtient qu’une seule fois pour chaque pays. Ce n’est donc pas le genre de visa qu’on peut prendre en se disant que si le pays hôte ne nous convient pas ou qu’on n’y trouve pas de travail, on pourra aller ailleurs. Ce serait une perte d’argent, de temps et puis ce serait aussi frustrant. L’objectif est à l’inverse de vous permettre de découvrir un pays, sa culture et d’y travailler légalement.

C’est notamment pour cela que préparer son arrivée est déterminant pour la suite de votre voyage. En collectant les informations relatives à ce pays, vous serez au courant des démarches administratives à effectuer avant de partir (et une fois sur place), du coût de la vie, de la facilité à dégoter un emploi…

Et puis, se renseigner sur sa destination, ce n’est pas seulement savoir ce que l’on va y trouver (de beaux paysages, un climat sympa…), mais c’est aussi se préparer au choc culturel qui vous attend. C’est-à-dire au fait que le pays qui vous accueille ne sera pas tout à fait comme la France.

De notre côté, le choc culturel en Nouvelle-Zélande est limité (car c’est un pays occidental), mais bel et bien réel. À certains moments, on s’est laissé surprendre par certaines habitudes locales : les codes que l’on nous enseigne dans la société française sont parfois éloignés des pratiques kiwis. Par exemple, si en France on apprend à rédiger de belles phrases de politesse lorsqu’on candidate à des jobs, ici, on ne s’embarrasse pas des détails : entre employeurs et employés, on s’envoie des textos en langage SMS. De même, on est souvent surpris de l’honnêteté et de l’hospitalité des gens. Notre premier réflexe, en tant que Français, est de nous méfier quand on nous invite à une fête sans nous connaître… ce qui parait tout à fait normal pour les Kiwis.

Il y a mille exemples !

Outre les aspects de la vie locale et les différences culturelles, prendre le temps de s’informer sur les démarches, les us et coutumes du pays c’est aussi une assurance :

  • L’assurance qu’une fois sur place, vous connaissez déjà les formalités administratives à effectuer et le temps qu’il faut pour les faire.
  • L’assurance de ne pas être pris au dépourvu et d’être complètement dépaysés : vous avez eu le temps de vous préparer aux spécificités de votre destination.
  • L’assurance de ne pas passer à côté d’un élément important et qui ralentirait votre voyage. Par exemple, on rencontre souvent de jeunes arrivants qui ne savent ce qu’est et à quoi sert l’IRD, qui est pourtant indispensable pour travailler légalement en Nouvelle-Zélande.
  • L’assurance de commencer son « trip » du bon pied.
  • Bref, l’assurance d’être plus serein face à l’inconnu.

Et puis, vous le verrez bien : quand vous débarquerez dans un pays, vous serez submergé de conseils d’autres voyageurs. En vous renseignant par vous même avant, vous pourrez ainsi démêler le vrai du faux et aussi confronter vos points de vue pour mieux comprendre le système local.

Comment préparer son voyage ?

C’est bien mignon tout ça, mais dans la pratique comment ça se passe ? S’il nous est impossible de faire des généralités, on va plutôt vous parler de la manière dont nous avons préparé notre PVT en Nouvelle-Zélande. Et ça se résume presque en deux mots : la lecture.

On a lu énormément de blogs (Toothbrushnomads, Vizeo…), de livres de voyage, de sites web de voyageurs (comme PVTistes ou Frogs in NZ), mais aussi des sites plus généralistes pour découvrir petit à petit ce lointain pays du long nuage blanc.

Notre but n’était pas de tout connaitre avant de mettre un pied en Nouvelle-Zélande, mais plutôt de savoir à quoi on devait s’attendre. Ainsi, on s’assurait une certaine sécurité de voyage, tout en se laissant porter par les évènements. Nous n’avons défini ni planning ni itinéraire, mais nous connaissions les régions reines pour trouver un boulot dans le fruit-picking, les démarches à effectuer et l’ordre dans lequel les faire, les endroits où acheter un van et ceux à éviter, et bien sûr les lieux incontournables de Nouvelle-Zélande…

À force de lire des récits et des guides, tout donne envie. Chaque recoin des îles mérite d’être exploré. Mais en un an, il faut bien le dire : on ne pourra pas tout faire. Ces lectures nous ont donc permis de savoir les coins où passer le plus de temps et ceux qui ont moins d’intérêt.

Bref, on a écumé la toile à la recherche de bons plans et d’informations sur la Nouvelle-Zélande. C’est d’ailleurs en creusant, en fouinant et en étant toujours plus curieux sur ce fabuleux pays que nous avons eu l’idée et l’envie de monter le projet Breizh-Zélande. Mais ça, on vous en parlera dans un prochain article !

Voilà notre méthode, mais n’hésitez pas à partager la vôtre : il y a autant de façon de préparer son voyage que de voyageurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>