Vous avez déjà pu lire pas mal d’article relatant nos road trip, mais avant de prendre la route, il nous a fallut trouver notre compagnon de voyage.

Celui-ci devra avoir la lourde tâche de nous conduire partout tout en nous servant de maison pendant les douze prochains mois. Une mince affaire ! Mais pour acheter un van en Nouvelle-Zélande, vous pouvez compter sur les car-fair, les petites annonces et le bouche-à-oreille.

Le choix, et l’embarras du choix

Selon la période à laquelle vous débarquez en Nouvelle-Zélande, vous aurez plus ou moins de choix dans les véhicules. La fin de l’été et l’hiver, soit de février à août, sont les mois les plus propices pour trouver son compagnon de voyage à bon prix. En effet, période creuse oblige, il y a plus de vendeurs que d’acheteurs, ce qui fait baisser les prix. À l’inverse, l’arrivée de l’été est synonyme de pénuries et de prix qui s’envolent.

De notre côté, nous avons commencé à chercher un van à partir de mars. En premier lieu, on écume Trademe, le « Leboncoin » local et les groupes Facebook tel que « Français en Nouvelle-Zélande ». Les sites français, comme Frogz ou PVTiste, regorgent aussi de petites annonces. On en sélectionne quelques-unes qui pourraient nous convenir, mais sans savoir vraiment ce que l’on veut : un gros monospace aménagé ou bien un van plus confortable ?

Du coup, on visite plusieurs vendeurs, on fait le tour des véhicules. Certains nous plaisent, sans plus, d’autres sont de vraies poubelles roulantes… À la fin de la semaine, on se décide donc à aller aux car-fair. Ces rendez-vous hebdomadaires permettent aux backpackeurs sur le départ et aux futurs acheteurs de se rencontrer sur un parking. Il en existe deux à Auckland : celui de West Street et celui d’Ellerslie, sur le parking de l’hippodrome.

Malgré la très grande quantité de véhicules, nous n’en avons trouvé aucun à notre goût : trop anciens, pas très bien aménagé, trop de kilomètres, trop chers… Bref, aucun coup de coeur

A propos des car fair : il existe aussi le Backpacker Car World… Mais pour y avoir été, nous ne vous recommandons vraiment pas ce vendeur : les prix sont excessifs, les voitures très mal entretenues (on dirait plus une casse qu’un concessionnaire !) et le mec pas vraiment des plus commerçants. D’ailleurs, Stef de Toothbrushnomade relate un épisode pas vraiment enviable suite à l’achat d’un véhicule dans ce garage…

C’est donc après de longues recherches sur Internet que nous avons trouvé notre maison à roulette, vendue par un couple de Français qui l’avait acheté six mois auparavant. Le coup de coeur que nous recherchions.

Acheter un van en Nouvelle-Zélande

Petits conseils techniques

Bien qu’on ne soit pas des As de la mécanique ou de l’auto, il y a quelques petites choses à savoir et à prendre en compte avant d’acheter un van en Nouvelle-Zélande.

Premièrement, ici, ils n’aiment pas la rouille. Si votre véhicule présente des traces de corrosion, il est fort probable qu’il soit recalé au contrôle technique local (le WOF). Regardez de près la carrosserie, le moteur, mais aussi en dessous de la voiture. Faites bien attention aux peintures “cache misère” qui recouvre parfois les tâches de rouille.

Bien sûr, on jette un œil aux pneus, au moteur pour vérifier les différents liquides, leur consistance et leur odeur afin d’être sûr qu’il n’y a pas d’eau (et donc de rouille) de ce côté-là.

Si le van vous paraît correcte, n’hésitez pas à faire un tour au volant (attention aux premiers moments de la conduite à gauche !). Pour les boîtes manuelles (ce qui n’est pas le plus courant dans le coin), essayez de démarrer en 3e pour s’assurer que l’embrayage fonctionne : si vous calez, vous pouvez être rassuré.

Vous accrochez toujours ? Prenez rendez-vous chez un bon garagiste pour une vérification plus en profondeur. Les pre-purchase check sont légions ici. Pour notre part, nous avons amené le van à VTNZ, réputé pour être l’un des garages les plus fiables et juste du coin. Et pour cause, ils ne font qu’inspecter les véhicules. Pour les réparations, vous devrez trouver un autre endroit.

Le rapport qui vous sera rendu pointera sûrement des défauts sur votre voiture. Ces derniers seront soit à réparer, soit à garder en tête pour plus tard. Mais d’une manière claire, il ne faut pas s’attendre à tomber sur des van en parfait état… à moins d’y mettre le prix. Si son état est « satisfaisant pour son âge », c’est déjà bien. Cependant, essayer d’en savoir plus sur les précédents propriétaires : votre véhicule est-il passé de backpacker en backpacker ? Le risque dans ce cas est de récupérer une voiture peu ou pas entretenu. Méfiance donc.

Les papiers : comment s’y retrouver ?

Si le van vous convient, n’hésitez pas à jeter un œil sur son VIR (Vehicule Information Support) si vous avez un doute sur le kilométrage, pour vérifier que le véhicule n’est pas volé ou pour vous assurer que les anciens usagers se sont acquittés de leurs amendes.

Vous avez enfin trouvé votre bonheur ? Encore quelques formalités administratives et le tour est joué. Et là, une fois n’est pas coutume, la simplicité de la Nouvelle-Zélande va vous impressionner !

Pour effectuer le changement de propriétaires du véhicule, il y a juste… un papier à remplir au Post Shop et c’est tout. Oui oui… On a même trouvé ça un peu flippant cette facilité à changer des informations aussi capitales ! Mais voilà, les formalités administratives pour l’achat s’arrêtent là.

Pensez cependant que tous les 3, 6, 9 ou 12 mois, il vous faudra vous acquitter de votre Rego (Registration), l’équivalent de notre vignette française. Les prix varient selon la voiture et la durée d’enregistrement. Pour le nôtre (un petit moteur), nous avons déboursé un peu plus de 70$ pour 3 mois.

De même, si vous choisissez un véhicule diesel, vous devrez également payer la taxe sur le kilométrage. Par conséquent, ce n’est pas parce que le gazole est moins cher que vous serez gagnant dans votre budget transport : d’après nos savants calculs, et l’expérience des autres voyageurs, diesel ou essence c’est pratiquement du pareil au même.

Six trucs à retenir :

  1. Le WOF : Warrant Of Fitness est une sorte de contrôle technique biannuel obligatoire. Lors de l’achat d’un van il est conseillé de regarder quand a été effectué le dernier WOF. Selon les recommandations de l’administration néo-zélandaise, le WOF d’un véhicule à la vente doit être daté de moins d’un mois. Sans WOF valide, vous n’avez tout simplement pas le droit de rouler.
  2. La Rego : Registration, la vignette nationale. Elle aussi obligatoire, vous pouvez cependant choisir la durée d’enregistrement (de 3 à 12 mois).
  3. La taxe de kilométrage est uniquement pour les véhicules qui roulent au gazole.
  4. Faites évaluer votre van avant de l’acheter.
  5. Entretenez votre van, ne serait-ce que pour essayer de bien le revendre par la suite, mais aussi pour ne pas passer pour ces backpacker peu scrupuleux qui vendent une voiture bonne pour la casse, ou pire, l’abandonne le long d’une route locale…
  6. Pensez à bien garder toutes les factures : vous pourrez ainsi justifier les réparations effectuées. Lors de la revente, cela pourra être un argument (quelques backpackers « perdent » ou « se font voler » le fameux carnet d’entretien du véhicule…).

Voilà, vous savez à peu près tout ce qu’il faut pour acheter sereinement un véhicule en Nouvelle-Zélande. Un peu de chance, une bonne dose de vérification et un peu de bonne volonté et vous trouverez le van parfait pour vous accompagner pendant votre séjour !

  1. NE JAMAIS ACHETER DANS L’URGENCE! Prévoyez un peu de temps devant vous. Vous allez en effet devoir vous déplacer pour aller voir des voitures, puis rencontrer plusieurs fois certains vendeurs pour des essais ou pour les formalités d’achat.

  2. Super Article ! Merci pour tous vos partages très intéressant, ça évitera les désagréments à l’arrivée en NZ 😉 . Votre blog est vraiment top, et le nom est super bien choisi (non non je ne suis pas fière d’être bretonne ^^). En tout cas je pense venir me plonger dans les pages de votre blog assez régulièrement avant le grand départ à la fin de l’année ! Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>