Notre projet

Ensemble, allons à la rencontre de la culture maorie!

La culture maorie en Nouvelle-Zélande - masque

Il était une fois, deux petits Bretons passionnés par les voyages et l’évasion.
Il y a quelques jours de ça, ils se sont tous deux envolés aux antipodes de leur Bretagne natale, à 18 728,56 kilomètres de là.

Où exactement ? En Nouvelle-Zélande, Aotearoa, la « Terre du long nuage blanc ». Un pays aux mille paysages, où l’on trouve des déserts, des volcans, des grandes forêts, des glaciers… et même des pingouins !

Bref… de quoi en avoir plein les mirettes !
 Mais ce n’est pas tout… ce n’est pas réellement la beauté de ces terres qui intéressent nos compères…

Alors quoi ?


Plutôt qui en fait ! Au milieu de ces grands espaces vit un peuple, les néo-zélandais. Bien qu’ils partagent un même territoire, tous n’ont pas la même culture. Il y a les Maoris, ce sont les autochtones, arrivés en l’an 1000 par des pirogues. Puis il y a les Pakehas, les descendants des colons occidentaux qui se sont installés entre 1780 et 1830.

Malgré la signature du traité de Waitangi, qui devait garantir l’égalité des droits entre Maoris et britanniques, la cohabitation n’a pas été de tout repos. Très rapidement, les colons commencèrent à vendre les terres des Maoris, violant ainsi l’une des principales closes de leur accord. Les « guerres néo-zélandaises » s’ensuivirent indéniablement.

Et comme dans toute histoire il y a un « gagnant » , et un « perdant », la culture maorie a bien failli se faire totalement assimiler par la culture occidentale.

Cependant, comme un bon vieux général laissait entendre, ce n’est pas parce qu’on a perdu une bataille que tout espoir est vain. Et ça, les Maoris l’ont compris. C’est pourquoi, d’une manière aujourd’hui pacifique, ils se battent pour se réapproprier et faire valoir l’identité culturelle maorie, la langue, les valeurs et les croyances de leur peuple.

C’est ce phénomène culturel particulier qui sera au centre de notre voyage.

Pourquoi réaliser ce projet  sur la culture maorie ?





En 1910, le ministre des Affaires indigènes se « réjouis[sait] à l’idée, que d’ici une centaine d’années, nous n’aurons plus de Maoris du tout, seulement une race blanche avec un léger zeste de la meilleure race de couleur du monde ». Ses prévisions ne furent heureusement pas des meilleures.

Nous voilà quelques centaines d’années plus tard, et aujourd’hui plus que jamais, les Maoris se battent pour conserver leurs particularités culturelles et linguistiques. En effet, dotés d’une culture ancestrale, les Maoris œuvrent pour la renaissance de leurs valeurs spirituelles et communautaires au sein d’une culture occidentale plus individualiste.

Un sujet passionnant et dans l’air du temps

Notre projet prend une résonance toute particulière, car il s’inscrit, à son échelle, dans l’actualité.
Les 22 et 23 septembre prochains aura lieu la “Conférence mondiale sur les peuples autochtones”. Celle-ci est organisée dans la continuité de la “Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones”, adoptée par l’assemblée générale des Nations Unies le 13 septembre 2007 (et seulement en avril 2010 par la Nouvelle-Zélande).
Cette déclaration reconnaît les droits des peuples indigènes et tribaux à déterminer leur propre avenir, à conserver leur propre identité et à être consultés sur tous projets qui peuvent les affecter.

Autant dire que cela apporte une bouffée d’espoir au peuple et à la culture maorie. C’est aussi un poids considérable à leur combat pour la reconnaissance de leur culture
.
De plus, Breizh-Zelande permettrait, à sa hauteur, de prendre conscience des enjeux internationaux de cette déclaration.


Un moyen de donner la parole à un peuple autochtone

Notre projet pourra être une nouvelle occasion pour les Maoris de prendre la parole et de partager eux même leur culture dans toute sa diversité, leurs espérances, leurs craintes et la manière dont ils voient l’avenir.

Ce sera également l’occasion de présenter la culture maorie et, plus largement, les cultures autochtones, en dehors des shows, parcs aventures et activités touristiques. Ces derniers réduisent les cultures à des préjugés, des stéréotypes et des clichés alors qu’elles sont un ensemble de point de vue, de pensée et d’habitudes de vie propre à chaque individu.

Un moyen de réflexion sur soi et les autres

Nous voulons faire de Breizh-Zelande un outil de réflexion plus global sur les cultures et leurs interrelations, basé sur ces trois questions :

  • Est-ce que deux cultures peuvent vivre ensemble, s’adapter l’une à l’autre tout en respectant leurs particularités, leurs croyances et leurs modes de vie respectifs ?
  • Comment deux cultures s’influencent l’une et l’autre ?
  • Comment le melting pot culturel influence l’avenir d’un pays ?

La mondialisation amène les individus à communiquer à l’échelle planétaire. Nous travaillons et vivons de plus en plus aux côtés de personnes d’origines et de cultures parfois très différentes. C’est pourquoi ces réflexions méritent d’être posées.

De plus, durant ce projet nous découvrirons d’autres manières de voir le monde, d’autres valeurs qui nous feront vivre indéniablement des chocs culturels, émotionnels et cognitifs. Nous serons alors amenés à remettre en question notre vision du monde et à prendre du recul sur notre propre culture. 
Or, c’est en nous décentrant de notre système de référence que nous pouvons apprendre à mieux nous connaître, à voir autrement et accepter les différences des autres et donc respecter les différentes cultures.

Comment va-t-on s’y prendre ?

Pour mener ce projet à son terme, nous mettons en oeuvre de nombreux moyens humains, techniques et de communications.

Comme nous l’avons dit, nous irons à la rencontre des Maoris pour récolter leurs témoignages, écouter leurs histoires et découvrir la manière dont ils voient l’avenir.
Mais il nous a semblé important de nous tourner aussi vers les Pakehas. En effet, nous voulons comprendre comment ces deux cultures se perçoivent l’une et l’autre.

Pour rendre cela possible, et pour partager avec vous au mieux nos rencontres, nous avons investi dans différents matériels vidéos. 
Vous pourrez donc retrouver ces témoignages et vidéos sur notre page Facebook et sur ce blog. Ces deux moyens de communication sont des espaces communautaires où chacun pourra apporter sa pierre à l’édifice en posant ses questions, en apportant ses idées. Le but étant de faire avancer la réflexion et donc le projet.

En définitive

Breizh-Zelande se veut être un projet ouvert sur un peuple, les Maoris, qui se battent aujourd’hui pour la reconnaissance et la renaissance de leur culture au sein de la Nouvelle-Zélande, mais aussi à l’international.

Le projet se construira autour des échanges que nous aurons tout au long de notre voyage avec ces personnes. Il sera un moyen de réfléchir ensemble sur notre façon d’appréhender le monde qui nous entoure, notre propre identité culturelle et les rapports que nous entretenons avec l’autre, quelles que soient ses différences.

Il aboutira à un documentaire que nous partagerons en Ille-et-Vilaine à notre retour et que nous enverrons à toutes les personnes qui auront contribué, de près ou de loin, à la réalisation de ce projet. Ce documentaire permettra également aux Maoris de découvrir ou redécouvrir, à travers les témoignages retranscrits, différents points de vue sur leur propre combat.

  1. Bonsoir,
    Je découvre votre blog : super projet ! On m’a souvent conseillé de partir en Nouvelle Zélande, et j’espère bien y aller dans un avenir pas trop lointain !
    Vous devez vous éclater ! Aller à la rencontre des autochtones doit être très enrichissant 🙂

    • Camille Motais says:

      Hello et merci a toi !
      Oui on ne peut que te conseiller de faire tes valises pour venir visiter ce si beau pays !
      Surtout n’hésites pas, il y a vraiment de très belles choses à voir 🙂

      A bientôt alors ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>