Petite île à l’est d’Auckland, Waiheke est un des recoins préférés des citadins pour se ressourcer, le temps d’un week-end ou d’une semaine de vacances. L’île de 90 km2 est le coin idéal pour les balades et le farniente. Si une partie de Waiheke Island est aménagée, le centre et l’est sont bien plus sauvages.

Après une soirée bretonne improvisée au backpack (ou comment se faire des amis à grand renfort de crêpes nutella-caramel-au-beurre-salé), nous avons choisi d’éliminer ce trop-plein de calories à Waiheke Island. Sur la ligne de départ : cinq Français et un Kiwi.

Where was it ?

Pour cette excursion d’une journée, nous ne sommes pas allés plus loin que le centre de l’île. Pour se rendre et visiter l’est, le mieux est encore d’y passer le week-end complet : Waiheke Island est très longue et deux jours ne sont pas de trop pour en faire le tour.

Débarquement de Français à Waiheke

Selon le programme établi, on était censé prendre le premier ferry de 8 h 15 pour acheter les tickets moins chers. Manque de pot, à cette heure-là, on était encore en train de préparer nos sandwichs… Tant pis, on prendra le suivant, même si cela nous oblige à payer plein pot : 36 $ le billet aller/retour pour une personne.

Après une demi-heure de traversée, nous arrivons à la gare maritime de Waiheke Island. C’est d’ici que débarque le flot de visiteurs quotidiens, voire même de travailleurs, puisque l’île est une véritable petite ville de la banlieue d’Auckland, une station balnéaire et un lieu de villégiature des citadins.

A 30$ la journée de location d’un VTT on remarque de suite que l’activité touristique est la principale manne de Waiheke. Rajoutez à ça l’amabilité du loueur et on a vite fait demi-tour. Pour bouger, on utilisera nos petits pieds et le pass de bus illimité a 9$ la journée. Non mais !

D’ailleurs, ce dernier se prend dans le centre du village, situé à une vingtaine de minutes à pied de la gare maritime. Après quelques petits problèmes de compréhension sur le fonctionnement des transports en commun locaux, nous voici donc dans un bus bondé, en route pour la plage de Onetangi, située au nord-est de l’île.

Le temps d’une petite pause baignade/pique-nique et c’est parti pour la traversé de l’île du Nord au Sud avec pour toutes indications : trois lignes sur un guide de randonnées donné par l’I -Site… C’est mince, mais ça fera l’affaire !

Waiheke Island, la sauvage

Le sentier (si on peut appeler ça ainsi) nous fait traverser les divers paysages offerts par l’île. Tantôt luxuriante, la végétation semble plus désertique sur les hauts plateaux de Waiheke.

Des lianes artistiques…

Waiheke Island est également connue pour ses vignobles. Les coteaux ensoleillés de l’île sont idéaux pour faire pousser le raisin. D’ailleurs, pendant notre petit périple, nous avons traversé une exploitation viticole où on a bien failli s’arrêter avant de replonger dans l’épaisse forêt. Mais finalement, on a seulement rechargé les réserves d’eau (et juste d’eau !) grâce à l’exploitant, super serviable, qui a aussi pris son temps pour nous expliquer la suite du chemin.

vignes-waiheke-islande

Les vignes de Waitakere – Photo de Hervé

Dans les forêts de Waiheke, vous pourrez observer les grands Kauris. Ces arbres, plus anciens que la plupart de nos églises européennes, sont l’un des symboles de la Nouvelle-Zélande et font partie intégrante de la culture maorie. Légendaire par sa taille (jusqu’à 50 mètres de haut) et sa circonférence (le plus gros Kauri atteint plus de 16 mètres de circonférence), le conifère est aussi le témoin des siècles qui passent. Pour les Maoris, le Kauri Tane Mahuta, le dieu de la forêt, est d’ailleurs le créateur des créatures de la forêt.

À l’heure actuelle, le Kauri est protégé en Nouvelle-Zélande, car après avoir été longtemps exploité pour son bois d’une très grande qualité, il ne reste que peu de spécimens dont certains sont atteints par une maladie. C’est pour cela qu’a chaque entrée dans un parc national, nous devons brosser et asperger nos chaussures de désinfectant.

Kauri-Waiheke

Ils sont tellement grands qu’il est impossible d’en photographier un entier !

Bref, reprenons notre promenade là où on l’avait laissé : à travers la jungle de palmiers, de petites rivières et de chutes d’eau. Après trois heures de marche environ, nous atteignons enfin la plage du versant sud de l’île.

Baie-Waiheke-Island

Baie sud de Waiheke Island, à la fin de notre rando

Mais la petite rando n’est pas terminée : il faut maintenant remonter vers un chemin un peu plus passant afin de prendre le bus qui nous ramènera vers le ferry.

Après étude du plan et longues discussions, on s’engage vers une piste qui longe la crête.

Groupe-carte-Waiheke-Island-PVT-Nouvelle-Zélande

Perdus ?

Une fois en haut, il suffit de suivre la route pour tomber sur l’abribus où notre chauffeur devrait nous prendre à 18 h 05 précises. Les minutes passent, mais notre bus n’arrive pas. C’est même une fausse joie lorsqu’un car laisse descendre ses passagers, mais n’accepte pas que l’on monte. Il faudra attendre la prochaine tournée… dans une heure et vingt minutes

C’est donc au coucher du soleil (magnifique soit dit en passant) que notre bus arrive enfin. La redescente vers la gare maritime de Waiheke Island est un peu musclée pour une stressée de la route comme moi. De son côté Pierre-Jean pas plus perturbée que ça, pique déjà un somme.

Il est temps de dire au revoir à Waiheke Island et de clôturer cette journée par un dernier voyage en ferry, direction le CBD. À bientôt !

  1. Coucou à vous !
    Que de beaux paysages vous nous faîtes découvrir
    vous avez l’air de bien aller dans ce lointain pays.
    C’est super de pouvoir lire vos aventures.
    Gros bisous
    PS Camille avec trois jours d’avance JOYEUX ANNIVERSAIRE
    Plein de bisous de Bretagne.
    Gaïd et Christophe.

  2. Merci pour ces infos, je note qu’il vaut mieux prendre le bus et le premier ferry pour l’ile. Je suis en train de préparer mon premier voyage en NZ pour cet été, je sens que ton blog va m’être d’une aide utile!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>