Après plusieurs mois de préparation, nous voici enfin en Nouvelle-Zélande. Plus exactement à Auckland, la ville la plus peuplée du pays.

À première vue, Auckland donne l’impression d’être interminable. Et en effet, avec ses 1086 km2, elle s’étend à perte de vue et réserve bien des surprises ! Après avoir posé nos bagages, et une bonne nuit de sommeil, nous sommes partis directement explorer la ville et ses alentours.

Vue d'Auckland

L’aventure commence

Après 27 heures de voyages dans les pattes, et l’arrivée à minuit passé à l’aéroport d’Auckland, il nous tardait de retrouver un bon lit. Même si on se demande encore comment le chauffeur de la navette a fait pour comprendre les quelques mots qu’on lui a baragouinés en anglais, on est finalement bien arrivé au Lantana Lodge, notre backpack pour quelques semaines.

L’auberge de jeunesse nous a permis de nous plonger gentiment dans le bain de la vie locale. Situé non loin du centre-ville d’Auckland, on a ainsi pu découvrir les environs dès le lendemain de notre arrivée. Et bien sûr, on s’est perdu (en prenant le plan à l’envers, ça ne pouvait pas être autrement…). Cette mésaventure nous aura au moins permis de comprendre une chose : les Néo-Zélandais sont franchement très agréables et toujours prêts à aider… On ne nous avait pas menti !

Après quelques kilomètres à pied, à travers les (plutôt) beaux quartiers d’Auckland, on est finalement retombé sur le centre-ville, le CBD (prononcez Si-Bi-Di). Notre première impression commune : Auckland est vraiment calme… Pourtant, nous nous promenons dans la plus grande ville du pays en terme d’habitants, mais en dehors de la rue principale, les rues sont quasiment vides. D’ailleurs, le centre-ville est plutôt concentré : quelques immeubles commerciaux, la Skytower et une rue principale, la main street, le composent. Bref, on est pas trop perdu, même Paris fait plus peur.

Auckland vue 2

Cette impression de calme est certainement due aux nombreux parcs qui bordent la ville et qui lui donnent un aspect vraiment reposant, comme si le temps semblait passer moins vite.

Nos premiers pas à Auckland

Bien qu’on nous ait prévenus à plusieurs reprises, on a failli se faire écraser une bonne dizaine de fois en traversant la route. On a donc très vite compris, novice de la conduite à gauche que nous sommes, qu’il fallait mieux regarder des deux côtés avant de s’engager. Cependant, les conducteurs ici sont très bien “éduqués” : on n’a pas encore décidé de traverser qu’ils sont déjà à l’arrêt à attendre qu’on passe !
Entre nous, il y a une chose qui nous surprend encore : les camions. C’est toujours très particulier de ne pas voir le conducteur du bon côté… À croire que le camion avance sans pilote…

Autre particularité du pays : la nourriture. En bon Frenchies que nous sommes, débarquant tout juste de leur Bretagne profonde, nous avons voulu nous faire un truc simple, basique et pratique. Le jambon : Check… Le gruyère : 10$ le petit morceau… On se rabat sur le cheddar. C’est au moment de choisir le beurre et le pain qu’on s’est finalement rendu compte qu’on était à l’autre bout du monde en train d’essayer de manger… Français. Il n’y a pas de pain, seulement du pain de mie, et le beurre s’apparente plutôt à de la margarine un peu salée qu’à du beurre breton. Bref le jambon beurre on oublie… Pour tout vous dire, on ne s’est toujours pas résolu à acheter une plaquette de beurre…

Côté “cheese”, nous avons aussi abandonné la bataille après avoir trouvé du Rustique a près de 20$ le camembert…
L’alcool est également très cher et très encadré : il faut être âgé de plus de 25 ans pour en acheter en groupe (c’est à dire à partir de deux) et l’identité de l’ensemble du groupe est vérifiée.

Le rustique - camembert français à Auckland

Du côté culturel, les hindous et les Chinois sont particulièrement présents à Auckland, bien qu’on nous ait dit que cela soit moins vrai dans le reste du pays. Ville “gay friendly”, Auckland est donc la ville multiculturelle du pays où tous semblent vivre en harmonie, sauf, peut-être, la culture maorie. En effet, ils apparaissent être les marginaux du coin. D’ailleurs la culture maorie que nous avons aperçue jusqu’ici est celle mise en scène pour les touristes à l’aéroport et dans les boutiques souvenirs. Pour l’instant elle nous semble plus être un fonds de commerce qu’autre chose.  Bref, de ce côté, nous n’avons pas vu l’intégration des Maories en dehors de la TV/Radio et de la traduction des panneaux. Pour autant, on ne peut pas réduire notre vision à une seule ville.

Finalement, Auckland est une ville plutôt agréable avec un temps clément et des gens accueillants (la banquière qui nous demande ce qu’on fait pour la Saint Valentin, les gens qui nous accompagne jusqu’à destination quand on est perdu…). En parlant du temps, bien que les températures soient acceptables (25° en moyenne), le soleil tape beaucoup, beaucoup plus fort qu’en France… On en a fait les frais lors de nos petites randonnées. On aura l’occasion de vous en reparler dans un prochain article… À bientôt !

  1. Bonjour, j’arrive sur Auckland fin mars et je commence à chercher une auberge de jeunesse, qu’avez-vous pensé du Lantana Lodge ? Avez-vous testé d’autres Backpackers dans la ville ?
    Merci d’avance.
    Elena

    • Bonjour Elena,
      Le Lantana Lodge on a vraiment aimé y passer du temps. C’est une petite auberge, familiale où tu discutes facilement avec les autres et où tu as de la place pour toi. On a eu l’occasion de dormir au Nomad du centre ville une fois ou deux et là c’est bien plus grand, trop “usine” pour nous.

Laisser un commentaire à LEMOINE Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.