Could not save XML file

Could not save marker XML file (/home3/gecko/websites/breizh-zelande/wp-content/uploads/wp-google-maps/8markers.xml) for Map ID 8

Pendant Easter, la Nouvelle-Zélande se met en mode « Off » quatre jours durant. L’occasion pour nous d’abandonner nos recherches de jobs et de partir à la découverte du Coromandel…

Après une première journée faite de Gravel road et de rencontres impromptues, nous attaquons le deuxième jour revigorés par une bonne nuit en bord de mer…

Where was it ?

Comme d’habitude, petit point géographie avant de commencer. Pour cette seconde journée de voyage, nous traverserons la péninsule du nord au sud, par la côte Est.

Stony Bay : réveil féérique

Ce matin-là, c’est le soleil et l’air marin qui nous tire du lit.

La porte à peine ouverte, nous sommes accueillis par une tripotée de canards dégourdis et culottés. Les plus téméraires n’hésitant pas à vouloir grimper dans le van pour voir ce qu’ils pourraient se mettre sous le bec.

Ce n’est qu’après avoir repoussé nos assaillants à grand lancé de pain que nous prenons conscience du spectacle qui s’offre à nous.

Arrivés de nuit, nous n’avions pas pu nous rendre compte de la beauté du paysage. De notre van-chambre-salon-cuisine, la vue est tout simplement sublime. Idéalement situé, le camping se niche entre les montagnes du Coromandel et l’océan pacifique.

Stony-Bay-Coromandel-paysages

C’est donc dans ce cadre idyllique aux couleurs pastels de l’aurore que nous commençons notre journée.

La simplicité du moment, le calme des lieux… On comprend pourquoi cet endroit est apprécié des locaux qui y séjournent régulièrement en été.

Cependant il est temps de reprendre la route. On a déjà pris du retard sur le « planning » : impossible de partir de ce camping où le temps semble suspendu… C’est, pour le moment, l’une des plus belles choses qu’on ait vues de la Nouvelle-Zélande.

Julie la cocotte à Coromandel

Julie la Cocotte s’est fait des amis à Stony Bay

Après une bonne petite douche froide, qui ravigote, nous revoilà sur la Gravel road. Direction un autre site mythique (et touristique) de la Nouvelle-Zélande situé à une centaine de kilomètres de là.

Hot Water Beach, ce phénomène aussi drôle qu’hallucinant

Parti juste avant midi, c’est seulement en fin de journée que nous arrivons à Hot Water Beach… Pourtant seuls 124 kilomètres séparent les deux endroits… Et oui, en Nouvelle-Zélande, les voyages ne se comptent pas en kilomètres, mais bien en temps de trajet.

Malgré le soir approchant, le parking de la plage est bondé. Ça change de Port Charles et de son calme ! La foule, ajoutée au fait qu’on avait ni pelle ni maillot de bain nous a fait hésiter un instant à aller voir cette fameuse Hot Water Beach.

Hot-Water-Beach-plage

Bon, tant qu’à être là, autant jeter un coup d’œil quitte à revenir les jours suivants, mieux équipés pour mieux profiter. Après tout, Hot Water Beach est un lieu unique au monde où se produit un phénomène géologique rare : deux heures avant et après la marée, des sources d’eaux thermales laissent remonter leurs eaux chaudes, qui se déversent sur le sable.

Sur le chemin qui mène à Hot Water Beach, nous croisons beaucoup de monde sur le retour. On se dit qu’on devrait alors être assez tranquille. Et en effet, quand on arrive sur la plage, il n’y a pas grand monde à faire bronzette… après un bref balayage des yeux de la plage, on a vite compris pourquoi !

Il suffit de voir l’attroupement de baigneurs et de badauds derrière les rochers pour savoir où se trouvent les sources d’eau chaude ! Touristes et kiwis sont tous regroupés au même endroit, pelle à la main, à la recherche du bon filon d’eau chaude.

Hot-Water-Beach-Piscine

La scène est assez amusante : chacun creuse sa piscine, mais ces dernières sont si proches les unes des autres qu’au final, cela devient un grand bassin général où l’on se prélasse en famille, où l’on rencontre son voisin, où l’on boit l’apéro entre copains

Bon, assez observé : allons tester maintenant ! On n’est pas équipé pour prendre un bain comme tout le monde, mais cela ne nous empêche pas de tremper nos pieds… On ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, mais certainement pas à se brûler les petons ! A certains endroits nous sommes tous obligés de jongler d’un pied sur l’autre…

Hot-Water-Beach-pool

Un kiwi nous apprend que l’eau ici monte aisément à 60°, voire 70°… Il est donc parfois difficile de tenir dans ces bassins éphémères tant l’eau est chaude.

Après une bonne heure à se promener sur la plage et à profiter des sources d’eau chaude, il est temps de trouver un coin où passer cette seconde nuit. Ce sera Cathedral Cove, non loin de Hot Water Beach. Un autre site magique de Nouvelle-Zélande qui figure dans tous les guides touristiques… Rendez-vous demain !

Laisser un commentaire à Alexandra Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.