Could not save XML file

Could not save marker XML file (/home3/gecko/websites/breizh-zelande/wp-content/uploads/wp-google-maps/4markers.xml) for Map ID 4

Durant nos deux semaines de Woofing, Peter nous a emmenés dans le Northland, et plus précisément à Mangawhai, à deux reprises. Perdue dans une réserve naturelle de kiwis, la maison secondaire avait un petit air de paradis sur terre.

Aller, on vous emmène avec nous à la découverte de la mangrove néozélandaise, sur les traces des kiwis et sur les plages de sable blanc.

Where was it ?

Pour vous permettre de vous repérer, voici une petite carte pour vous situer Mangawhai. Petite ville balnéaire, Mangawhai se trouve dans le Northland, sur la côte Est du pays.

Woofing à Mangawhai

Nous ne sommes pas allés à Mangawhai nous tourner les pouces. Hé non ! Dans le cadre du woofing, nous avons repeint l’extérieur de la maison secondaire de Merylin, qu’elle a elle-même construite il y a dix ans (oui, ils sont comme ça les kiwis !). Notre programme de la mâtiné consistait donc à lasurer le bois extérieur, après avoir préalablement fait des barbes à papa de toiles d’araignées au bout d’un bâton… Funcky !

Le boulot en lui même n’était pas très compliqué, si ce n’est qu’il fallait gérer son équilibre sur des planches de bois pourries (pour lui), ou sur un toit constitué de plaques de toitures molles (pour elle)…  Mais si on vous en parle, c’est qu’on est encore là.

woofing-peinture-montage

De notre piédestal, nous avions une vue privilégiée sur le spectacle qui nous entourait. Isolé au coeur d’une réserve privée d’une vingtaine d’habitations, le chalet de Merylin surplombait une forêt touffue de fougères arborescentes et d’autres arbres endémiques de la Nouvelle-Zélande. On ne peut espérer mieux comme cadre de travail !

mangawhai-vue-cottage

Vue du cottage

Nous travaillions et mangions au son des cigales, des Tui (un oiseau à glotte blanche) et des autres espèces animales qui peuplent les environs, dont les fameux Kiwis. Ces petits oiseaux sans aille sont l’emblème de la Nouvelle-Zélande et sont ultra protégés, car en voie d’extinction. Ils sont particulièrement durs à observer, car ils ne sortent qu’une fois le soir tombé. Peter nous a raconté qu’en dix ans ici, il n’en a aperçu qu’une seule fois. Et bien sûr, nous n’en avons pas vu non plus. Peut-être une prochaine fois !

Cool down, you’re in Kiwi land !

À Mangawhai, encore plus qu’à Woodhill, la vie nous a paru douce et simple. Lors de nos deux courts séjours là-bas, nous avons pu découvrir une autre partie de la Nouvelle-Zélande à pied et en kayak.

En arrivant le premier jour, Peter nous a déposés au chenal du port de Mangawhai. Objectif : traverser le bras de mer en kayak pour visiter les dunes de sable blanc à pattes. Nous avons poussé notre petite excursion à pied jusqu’à l’océan. Et nous voilà, seuls face à cette mer sauvage et agressive. Le courant, que l’on voit à l’œil nu même du bord, la fraîcheur de l’eau, les vagues… rendent cet océan pacifique hostile aux bipèdes. Même les mouettes ne s’y aventurent pas longtemps. Mais le paysage qui nous est offert est splendide avec une mer bleue marine et en toile de fond, des rochers imposants qui encadrent la baie.

Mangawhai-dunes-ocean-pacifique

Derrière les dunes de Mangawhai, l’océan Pacifique

Après cette courte excursion, nous sommes allés à la plage de Mangawhai, un lieu plus propice à la baignade. Entre montagne et falaise, la plage s’étend sur quelques centaines de mètres. La végétation se mêle au sable d’un blanc éclatant, ce qui créée une ambiance à part, calme et sereine… D’autant plus que les deux fois où nous y sommes allés, il n’y avait quasiment personne !

Lors de notre second séjour, Peter nous a emmenés au bord d’un petit pont. La mission, si on l’accepte : descendre la mangrove en kayak. Une balade d’une bonne heure dans une vraie mangrove, mais sans vilaines bébêtes ! Bon, de mon côté, le mélange d’eau salée et d’eau douce troublait l’eau et ne m’a pas franchement rassuré au début… on ne sait jamais ce qui se passe en dessous ! Mais lorsque le bras  de mer s’est agrandi et que l’eau s’est éclaircie, nous avons pu profiter de la vie subaquatique : crabes, poissons, et même oiseaux plongeurs qui récupéraient leurs proies directement dans l’eau.

kayak-mangawhai-mangrove

Petite balade dans la Mangrove néo-zélandaise

Enfin, avant de dire au revoir à Mangawhai, nous sommes partis en quête (c’est bien le mot !) d’un petit chemin de randonnée que nous avait indiqué Peter. Après s’être un peu mélangé les pinceaux en lisant mal le plan (qui était plus un gribouillis fait à la va-vite), nous sommes tombés sur un guide kiwi particulièrement sympa qui nous a aidés à trouvé le bon chemin. Il nous a fallu chercher cette fameuse “track just behind the cottage“… En effet, la piste se situait dans le jardin d’une habitation et le chemin était caché par des arbres ! D’ailleurs, ce n’était pas tellement un chemin, mais plutôt un espace entre deux arbres un peu moins touffus que les autres ;D

Mangawhai sentier randonnee

La sortie du chemin, bien planquée

Nous avons finalement trouvé la piscine naturelle de Merylin. Bien que le temps était chaud, l’eau était trop froide pour s’y aventurer, d’autant plus que quelqu’un profitait déjà du bassin

anguille-mangawhai

Y a quelqu’un veut vous dire bonjour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.