Après un an et demi à parcourir les deux îles principales de Nouvelle Zélande, une question nous revient souvent aux oreilles « alors, vous préférez l’île du Nord ou l’île du sud ? ».

Un choix cornélien sur lequel on préfère botter en touche. En effet, il nous est impossible de choisir entre des paysages sublimes et d’autres paysages sublimes… Les deux îles sont complètement différentes, et tout aussi intéressantes l’une que l’autre, bien qu’on ne vienne pas y chercher et y découvrir les mêmes choses.

Le nord, les gens, les volcans

De Cape Reinga à Wellington, l’île du nord recèle de paysages uniques et grandioses. Peut-être plus communs que les panorama du sud, ils n’en sont pas pour autant banals. Les plages de sable noir à perte de vue de la côte ouest, les plages d’eau chaude de Kawhia ou Hot Water Beach, les mares de boue de Rotorua ou l’immense lac de Taupo ne sont que quelques-uns de nombreux exemples.

Le charme de l’île se cache dans sa diversité : les paysages changent si souvent au gré des kilomètres avalés qu’il est tout simplement impossible de faire de longues heures au volant sans vouloir s’arrêter.

Notre road trip entre Auckland et Wellington, le long de la côte ouest, à travers les gravel road de Raglan ou autour du Taranaki nous a pris bien plus de temps que prévu : nous faisions des arrêts très (trop ?) régulièrement le temps de quelques heures ou même de quelques jours tant l’endroit nous bluffait !

Le nord, c’est aussi se sentir tout petit face aux caprices de la Terre : la chaine de volcans allant du Taranaki à White Island offre des paysages juste dingues et concentrés sur une ligne qui traverse l’île d’est en ouest. Si vous êtes un tant soit peu intéressés par la géologie, l’île du Nord remportera votre préférence. Entre la Waimangu Valley, créée en une nuit par l’explosion du volcan Tarawera, le parc géothermique de Wai-O-Tapu, l’immense lac de Taupo, l’ascension du volcan parfait du Taranaki, vous serez servi !

Enfin, le Nord, c’est aussi le climat, bien plus agréable été comme hiver que dans l’île du sud : du beau temps quasiment toute l’année et des températures assez chouettes, même en plein hiver. Plutôt pratique pour organiser des journées BBQ quand le temps est normalement aux raclettes qu’on mange autour d’un feu !

Bien plus peuplé que l’île du Sud, le Nord est l’un des meilleurs endroits pour découvrir la culture maorie et partir à la rencontre des habitants de Nouvelle Zélande.

Depuis northland et tout le long de la East Coast ou même dans la « smelly » Rotorua, vous pourrez apercevoir les arts et coutumes maoris. Les marae se comptent par centaines dans ces régions et les sculptures de bois, les sites sacrés et les places historiques sont légion.

De notre côté, en plus des paysages, ce sont surtout les rencontres et les aspects culturels de cette île qui nous ont charmés. La désertique et préservée East Coast figure parmi mes plus beaux souvenirs de Nouvelle Zélande, non seulement pour ses paysages, mais aussi pour ses habitants et les rencontres qu’on y a faites. Ces instants resteront gravés à jamais dans nos mémoires : leur gentillesse non feinte et l’accueil qui nous a été réservé sont incroyables, fidèles à leur réputation du pays le plus amical au monde.

Le sud, sauvage et désertique

Le sud, c’est un concentré de paysages sans limites, des ciels étoilés comme nous n’en avons jamais vu, des montagnes en mouvements, des lacs aux eaux incroyables et des fiords à couper le souffle.

Le sud ne regroupe qu’un quart de la population néo-zélandaise sur un territoire bien plus large que l’île du nord. Autant vous le dire tout de suite : excepté dans les « grandes » villes de Christchurch ou Queenstown, vous ne trouverez pas grand monde dans les alentours. Certains villages, comme celui de Clearwater, sont tellement isolés qu’on a du mal à croire qu’une communauté vit ici à l’année !

Le Sud, c’est la liberté, la vraie : il n’y a pas de limites à l’immensité. Votre horizon ne bute que là où vos yeux ne peuvent plus aller ou parce qu’une montagne s’érige devant vous.

Le Sud est poétique avec ces lacs entourés de montagnes et de forêt primaires ; plein de sagesse avec le mont Cook qui surplombe l’île tel un géant qui veille sur ses petits ; mais aussi féérique avec ses légendes maories qu’on retrouve à chaque endroit traversé.

Conduire sur les routes du sud, c’est s’entendre s’exclamer « Whooa ! » à chaque virage, et ce, sans pouvoir se retenir. C’est avoir l’envie de profiter de ces grands espaces quand bien même on est censé se rendre dans un lieu précis. C’est tomber sur des perles de villages comme Arrowtown, qu’on dirait tout droit sorti d’un western des années 50. C’est se réveiller au bord du lac enneigé de Te Anau. C’est découvrir l’immensité des fiords en bateau, et passer son après-midi sur le pont, même par moins 10 ! C’est grandiose.

J’avais lu quelque part, avant notre voyage, que lorsque les oranges poussent au Nord, les pingouins dansent au Sud. Cette petite phrase résume très bien la diversité, les nuances et la complexité des deux îles principales de la Nouvelle Zélande.

Difficile, en sachant cela, d’avoir une préférence pour l’une ou l’autre des îles. Il y en a pour tous les goûts. Nord ou Sud, on en prend de toute façon plein les yeux.

Alors, la prochaine fois qu’on vous posera la question « île du Nord ou île du Sud ? », qu’est-ce que vous répondrez ?

  1. ToothbrushNomads says:

    Île Sud, sans conteste ! Pourtant cela ne veut pas dire que je n’ai aucune affection pour l’île Nord, loin de là : les volcans du Tongariro, c’est quelque chose qu’on ne peut voir nulle part ailleurs en NZ. Les plages de sable noir, les cascades et les forêts pluviales bordées d’un océan turquoise des Waitakere, j’y étais fourrée pratiquement tous les weekends. Taranaki et Te Urewera sont des parcs nationaux sublimes et encore relativement méconnus des masses. Wellington reste aussi pour moi la ville la plus géniale du pays.

    Mais… mais les montagnes de l’île Sud, les glaciers de l’île Sud, les grands espaces de l’île Sud, la faible population et densité de population de l’île Sud, les fiords de l’île Sud, les grands lacs de l’île Sud, les manchots et les otaries et les lions de mer et les kea à gogo de l’île Sud… Non, pas de doute, l’île Sud est la mienne… mais ça ne m’empêchera pas de revenir explorer l’île Nord quand même 😉

    Et pour la forme, un petit article identique que j’avais écrit à l’époque de mon premier voyage en NZ : http://www.toothbrushnomads.com/nouvelle-zelande/ile-nord-ou-sud/ Comme quoi mon opinion n’a pas beaucoup changé depuis 2008 😀

      • Je l’étais… mais je suis en vacances en France depuis juin 😉 On rentre bientôt sur Motueka (après un petit détour par l’île Nord, ben tiens donc !) mais on envisage sérieusement de s’installer sur Wanaka avant la fin de l’année. À suivre ! Et vous, quels projets ?

        • Oh c’est super chouette Wanaka ! La vie doit être cool là bas. Un peu éloignée de tout mais bon ^^ Nous de retour, pas mal de projet, notamment avec le documentaire, mais j’ai repris mes études et Pierre-Jean son métier 🙂 Difficile d’atterrir mais on s’y fait… Ce n’est que pour mieux repartir !

  2. Tugdual - Visa Pour says:

    C’est dingue le hasard, je pensais à la NZ début septembre et du coup j’avais écris un article sur le même sujet !! Bon je vais le repousser dans ma ligne édito du coup, mais là où ça devient encore plus dingue, c’est que j’arrive à la même conclusion 🙂 Cela dit j’ai passé beaucoup plus de temps au sud qu’au nord, donc je rejoins Tooshbrush ! Ahahaha la nature sauvage de la NZ me manque, heureusement on va surement un peu parler d’eux durant les semaines à venir à la TV 😉

  3. Je suis du même avis que vous, les 2 îles sont si différentes, difficile de choisir et d’ailleurs pourquoi choisir ?! On a passé beaucoup de temps dans le Northland, on y a vu nos premiers kiwis, des kauris et des dauphins à gogo mais on a aussi adoré Kaikoura, cet aimant à vie sauvage où otaries et hector dolphins nagent presque côte à côte. On a pris une claque devant la beauté du Tongariro et des pools de Wai O Tapu mais aussi devant l’immensité de la vallée du Mt Cook et seuls au monde à Arthur’s Pass… Tellement de souvenirs de ces endroits magiques qu’on a bien envie d’y retourner… ! Et on a passé plus de 8 mois à faire du wwoofing, les kiwis sont des crèmes, tant au nord qu’au sud 🙂 Vivement qu’on y retourne ! Et vous, vous y pensez ?

Laisser un commentaire à Camille Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.