En remontant vers le nord de l’île du sud, le long de la fameuse West Coast (ou wet coast pour les intimes), on se sent un peu frustré de ne pas voir l’intérieur du pays. Même si la côte est magnifique, il nous fallait prendre un peu de hauteur pour découvrir les différents paysages et climats de cette région humide.

Ni une ni deux, nous voilà alors à bord du train KiwiRail qui rallie Greymouth à Christchurch en un peu plus de 4 heure de trajet. Le Tranzalpin, comme son nom l’indique, traverse les Alpes du Sud de la côte ouest à la côte est. Un voyage extraordinaire qui vous bluffera, même si le temps n’est pas au beau fixe.

Horloge-Greymouth-KiwiRail

La belle horgloge à l’ancienne dans la gare de Greymouth

Le rail en Nouvelle-Zélande

Les chemins de fer en Nouvelle-Zélande se sont développés sur le tard : la première ligne de train reliant Christchurch à Invercargill s’est achevée en 1878.

Les lignes de chemin de fer ont continué à se déployer jusqu’à la fin des années 1900, où frappés par la grande dépression, la fin de l’âge d’or et les coupes budgétaires, plusieurs centaines de kilomètres ont été abandonnés. À l’apogée du rail en 1953, la Nouvelle-Zélande comptait plus de 5600 kilomètres de voies ferrées exploitées contre moins de 3000 aujourd’hui.

La ligne du TranzAlpine est une véritable prouesse technologique. Achevée en 1923 avec la construction du tunnel de 8,6 kilomètres qui relie Arthur’s Pass à la bourgade de Otira . Il s’agit du plus grand tunnel de l’Empire britannique à l’époque !

Le long des 223 kilomètres de rail, le TranzAlpine offre une pléthore de paysages, qui vous feront voir la Nouvelle-Zélande d’un autre œil. Aller, en route !

Trajet-TranzAlpine

Le trajet prévu de Greymouth à Christchurch

À bord du TranzAlpine

Nous avons booké un trajet entre Greymouth et Arthur’s Pass car nous n’avions pas le temps de faire le voyage jusqu’à Christchurch.

Au départ de la capitale de l’île du Sud, il est cependant possible de faire l’aller-retour sur la journée. Mais Arthur’s Pass nous semblait un bon compromis sachant qu’on n’aura pas le temps cette fois-ci d’y aller s’y promener en voiture (c’est au programme de notre prochain séjour dans le pays ;D)

Depuis Greymouth, le départ a lieu en début d’après-midi. Nous devions nous présenter à la petite gare située à proximité du centre-ville 20 minutes avant le départ du train.

Après deux coups de sifflet, le train se met en branle. La locomotive semble bien ancienne comparée aux wagons hyper design, aux larges vitres et aux sièges pivotants (comme ça, tout le monde voyage dans le même sens !).

Train-Tranzalpine-Kiwirail

Depuis l’arrière du train et le scenary view

Sur notre siège, une paire d’écouteurs qu’on s’empresse de brancher. Assis bien confortablement, on écoute les banalités d’usage sur la sécurité, et les promos du bar. C’est ensuite le guide virtuel qui prend le relai pour nous raconter l’histoire de KiwiRail, du rail en Nouvelle-Zélande et donc de la ligne TranzAlpine.

Loin du TGV français, les locomotives KiwiRail roulent tranquillement, pour nous laisser le temps d’admirer le paysage. Pourtant, ce train n’est pas seulement emprunté par les touristes : beaucoup de kiwis s’en servent pour s’éviter une longue et fatigante traversée des cols via la route. Il faut dire qu’il est très reposant ce train lumineux, confortable et spacieux ! On se laisserait facilement prendre au jeu et profiter d’une sieste !

Mais pour nous, c’est surtout les paysages que l’on traverse qui nous intéressent. Et ça tombe bien : pour profiter à fond, du voyage, KiwiRail a pensé à placer une voiture ouverte au bout du train. Sans siège et sans vitre, ce wagon attire les amateurs d’air frais (et de photo, accessoirement !).

Malgré les nuages et les gouttes d’eau, le paysage hivernal des plaines de Greymouth est plutôt chouette. Très chouette même.

Mais avec le vent et la pluie, on se retrouve vite les doigts gelé. On profitera du wagon-bar “à l’ancienne” pour se réchauffer et profiter des larges baies vitrées pour observer les paysages.

Bar-TranzAlpine-Kiwirail

Notre voyage se termine sous des trombes d’eau ! Qu’à cela ne tienne, on découvre Arthur’s Pass avec pleins de cascades et c’en est qu’encore plus joli !

Et nous voilà déjà à la gare, perdue au milieu des montagnes. Le train repart, sans nous cette fois. La pluie recommence à tomber. Il est temps pour nous de rentrer à Greymouth… En stop !

Train-Arthur-pass

Bye bye KiwiRail !

  1. Salut les voyageurs !

    Ce voyage en train m’a l’air bien sympathique, mais est-il abordable ? Je me souviens d’un train “scenic road”, dans l’île du Nord il me semble, mais il était franchement hors de prix. Ça vous dit quelque chose ?

    En tout cas, je trouve votre blog superbe ! Bonne continuation à vous au pays des Kiwis 🙂

  2. Bonjour !
    En effet, quand on regarde la locomotive, on n’imagine pas le design qu’il y a à l’intérieur, c’est original ! Dommage que vous n’ayez pas publié plus de photos des paysages, ça a l’air magnifique même sous la pluie…

Laisser un commentaire à Pierre Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.